L'Autoclave 

Le guide le plus complet

Vous souhaitez savoir ce qu'est vraiment un autoclave médical ? Plus qu'un guide, cette page sur l'autoclave médical se veut la plus exhaustive possible sur le sujet.

Importance de la vapeur, fonctionnement d'un autoclave, traitement des ATNC, rôle de la pompe à vide, entretien d'un autoclave, installation et prise en main, tout, vous saurez tout de l'autoclave. Suivez le guide.

euronda-e8-porte-ouverte-fond-transparent-wide

L'autoclave médical sous toutes ses facettes

Quelques sujets traités dans notre guide complets sur les autoclaves médicaux.
Plus-Sign

Histoire de l'autoclave

Retour sur une invention qui change tout dans le monde de la lutte contre les agents transmissibles non conventionnels depuis 1879 : l'autoclave médical de classe b.

Plus-Sign

Acheter un autoclave

Plus que de comprendre, vous souhaitez savoir comment faire pour bien choisir son autoclave médical ? Notre guide complet sur l'autoclave vous permettra de tout comprendre.

Plus-Sign

Comment ça marche ?

De l'eau, de la pression, du vide et du temps sont les quatre éléments de base d'une stérilisation. Nous découvririons tout sur le fonctionnement d'un autoclave.

Plus-Sign

Mode d'emploi

Premier contact avec votre autoclave médical ? Découvrez un mode d'emploi universel pour vous permettre de tout comprendre sur la mise en service de votre autoclave.

Plus-Sign

Bien l'entretenir

Longévité de l'autoclave et qualité des stérilisations peuvent être assurés uniquement avec un bon entretien quotidien, hebdomadaire et mensuel.

Plus-Sign

La réglementation

Quelles soient Européenne ou Française, la législation et la réglementation occupent une place importante dans le monde de l'autoclave.

L'histoire de l'autoclave médical : de 1679 à nos jours

marmitte-papin-digesteur

Au tout début, ce qui donnera par la suite l'autoclave médical, était un simple récipient dont le couvercle venait se refermer hermétiquement sous l'effet de la pression intérieur de la vapeur d'eau.

L'histoire de l'autoclave commence en 1679 avec un personnage fort célèbre lorsqu'il est question de vapeur d'eau : Denis Papin. Il va donner naissance au digesteur, plus connu sous le nom de marmite de Papin. La marmite de Papin est l'ancêtre des autoclaves médicaux mais est surtout  le tout premier auto-cuiseur au monde. La marmite de Papin possède de bord en métal très épais avec un couvercle à pression bloqué par une vis et le tout surmonté d'une révolution : une soupape de sécurité.

Le 9 avril 1820, un brevet déposé par Pierre-Alexandre Lemare permettra la création de la marmite autoclave, qui sera même déclinée dans une version de 3 000 litres de contenance la même année. Bien que nous nous rapprochons encore un peu plus de l'autoclave médical, nous n'y sommes pas encore. La marmite autoclave reste un concept avancé d’autocuiseur à vapeur d'eau sous pression contrôlée.

Nicolas Apert, qui est tout de même l'inventeur de la conservation par boite de conserve, va venir améliorer ce concept pour son besoin de stérilisation des aliments contenu dans cette boite de métal. Le procédé de fabrication va encore venir s'améliorer avec  Raymond Chevallier-Apert qui viendra installer le premier manomètre spécial, permettant ainsi d'élever les pressions de manière contrôlée avec une eau à plus de 100°C. Donkin, Hall et Gamble mettront en place la toute première étuve de contrôle dans le but de venir vérifier la bonne stérilité des conserves ainsi produites.

Louis Pasteur trouve aussi sa place dans la grande histoire de l'autoclave médical en démontrant en 1865 que les microbes sont détruits par les hautes températures. L'invention originelle d'Apert prend d'un seul coup une nouvelle tournure, passant de la conservation des aliments à suppression quasi total des agents pathogènes.

C'est finalement en 1879 que le biologiste Charles Chamberland, collaborateur de Pasteur, améliorera le procédé d'Apert pour le faire entrer dans l'air de l'autoclave médical.

L'autoclave médical est né. Mais au fait, c'est quoi un autoclave ? Ça fonctionne comment un autoclave ?

Autoclave médical : Comment ça fonctionne ?

Commençons par regarder quelle est la définition du mot autoclave dans un dictionnaire :
Autoclave
adjectif et nom masculin
  1. Qui se referme de soi-même.
    Marmite autoclave.
    • nom masculin
      Récipient métallique à fermeture extérieure hermétique, résistant à des pressions élevées.
      synonymes : étuve, cocotte-minute
euronda-e8-porte-ouverte-fond-transparent-wide

De nos jours, le mot autoclave peut à la fois recouvrir les stérilisateurs pour biberons, les autocuiseurs et les autoclave médicaux. En tant que spécialistes du monde médical, ce guide se concentre sur ce que nous connaissons et maitrisons : l'autoclave médical.

Grâce à cette définition, certes un peu généraliste, on peut se rendre compte qu'il est question d'une matière première important. Cette matière première est l'eau. L'eau sous sa de vapeur saturée, a le pouvoir de détruire les ATNC.

En effet, le but d'un autoclave médical est avant tout d'atteindre la stérilité microbiologique. Pour y parvenir, l'agent stérilisant est la vapeur d'eau. Cette vapeur d'eau est soit saturée sous pression soit surchauffé. Grâce à la pression, l'eau présente dans l'autoclave se met à bouillir au delà des 100°C, pour dépasser la température limite de la vie fixée à 110°C. Cela est rendu possible grâce à la loi dite de Regnault.

Pour bien fonctionner, un autoclave médical à donc besoin de quatre éléments principaux :

  • De la vapeur d'eau en quantité, de qualité et homogènement répartie
  • D'une température précise
  • D'une pression précise
  • D'eau pure d'un point de vu médical

Une fois ces quatre éléments réunis, peut démarrer le cycle de stérilisation à proprement parlé. Ce cycle de stérilisation se décompose généralement en quatre étapes :

  1. Phase de montée de la pression et de la température de l'eau qui sera soit transformée en vapeur, soit en eau surchauffée. cette première phase se fait par différentes phase de mise sous vide. Le but étant d'atteindre un vide parfait.
  2. Phase de stérilisation avec une pression constante durant un laps de temps donné. On peut aussi appeler cela la phase palier.
  3. Diminution du couple eau / pression pour une redescente de la chaleur.
  4. Disparition totale de la pression pour un retour à la pression atmosphérique normale.

La circulaire n° 100 du 11/12/95 et 138 du 14/03/01 encadre d'ailleurs très précisément les risques liés au agents transmissibles non conventionnels avec une obligation de stérilisation à 134°C pendant au moins 18 minutes.

L'eau est donc une composante essentielle au processus de stérilisation. Mais toutes les eaux sont-elles bonnes à être utilisée dans un autoclave médical de classe B ?

Besoin d'un autoclave ?

Nous sommes expert du monde médical depuis 1979, venez en parler avec nous.

Prendre un rendez-vous

L'eau, l'élément principale d'une stérilisation sûre

Agent stérilisateur & Risque infectieux

Les autoclaves médicaux utilisent l'eau comme agent stérilisateur. Sous sa forme de vapeur d'eau saturée, l'eau est l'agent stérilisateur le plus puissant. Un autoclave médical est capable de détruire toutes les formes de pathogènes par coagulation et hydrolyse. L'eau dure est toutefois à proscrire. Pour assurer une parfaite stérilisation et respecter votre autoclave, il vous faudra au mieux utiliser un osmoseur d'eau inversé, ou à minima un déminaralisateur d'eau.

autoclave-eurodna-e8-fiabilite

Commencer à parler des autoclaves médicaux en parlant tout de suite de l'eau est essentiel. L'eau est à la fois l'agent de stérilisation à la base d'un autoclave médical, et à la fois une matière première ayant un impact profond sur le résultat d'une stérilisation. 

Seul les autoclaves de classe B sont admis comme procédé de stérilisation dans les cabinets libéraux. Le procédé sur lequel repose un autoclave médical, à savoir la vapeur d'eau saturé, est le seul capable d'inactiver l’infectiosité liée aux agents transmissibles non conventionnels. L'inactivation des agents transmissibles non conventionnels se fait grâce à une vapeur d'eau portée à 134°C pendant au moins 18 minutes. Le procédé est en soit plutôt simple, mais le résultat reste puissant.

L'eau doit donc également être traitée comme une matière première de la stérilisation car elle sera consommée durant le cycle de stérilisation. Mais l'eau n'est pas une matière première comme les autres. L'eau est une problématique d'apparence simple, mais il en est tout autrement lorsqu'il est question d'eau servant à assurer une stérilisation. En effet, l'eau est porteur de risques infectieux qu'il faut impérativement prendre en considération. Sur certain patients sensibles, la quantité ne fait pas le poison. Une faible dose peut créer de sérieuses complications sur un terrain propice.

On compte cinq familles d'agents pathogènes se propageant grâce à l'eau :

  • Les formes végétatives ou sporulées des bactéries
  • Les prions
  • Les micro-algues, champignons et autres parasites de l'eau
  • Les pathogènes hépatique
  • Les cadavres de bactéries Gram négatives

Dans le but de survivre, tout ceci peut former ce qu'on appelle un biofilm et cela au seins même de l'autoclave. Un biofilm est constitué d'une communauté dite hétérogène car composée de micro-organismes englobés dans une matrice autoproduite. Cela donnera naissance à un lieu propice aux interactions et aux activités enzymiques. Le biofilm est naturel et universel, mais inutile de préciser que dans un autoclave, on cherche à le combattre à tout prix.

L'utilisation d'eau dure, de l'eau du robinet, est donc évidement à bannir totalement.

Bien que les raisons exposées ci-dessus se suffisent en elle-même pour commencer à se poser la question de quelle eau utiliser pour son autoclave, choisir le bon type d'eau pour son autoclave est capitale pour son bon entretien. Une mauvaise eau est l'autoclave s'expose à de sérieux risques :

  • Tâches d'eau
  • Corrosions
  • Entartrage

Les tâches d'eau ou, dans sa forme aggravée, la corrosion sont de fortes concentration de substances minérales ou organiques qui étaient présente dans l'eau et qui se sont déposés sur les instruments ou les parois de l'autoclave. En plus de venir détériorer le matériel, les tâches d'eau, la corrosion et l'entartrage créent un milieu propice à l’émergence de biofilm.

Il existe plusieurs types d'eau :

  • L'eau adoucie
  • L'eau déminéralisée
  • L'eau déionisée
  • L'eau osmosée

Le but ici n'est pas de faire un tour exhaustif des différentes eaux. Nous allons nous concentrer sur l'eau obtenue par osmose inversée. En effet, seule l'eau osmosée est à utiliser pour la vapeur venant en contact avec les dispositifs médicaux à stériliser. Mais pourquoi ?

Une eau dite osmosée est une eau qui a subit un procédé d'osmose inversé. Le procédé d'osmose inversée permet d'obtenir une eau pure jusqu'à plus de 99,9%. En temps normal (en osmose) lorsque deux liquides n'ont pas la même charge aqueuse, les deux liquides tendent à s'équilibrer. Le liquide faiblement chargé va venir se charger, alors que celui qui est chargé va venir se décharger, le tout jusqu'au point d'équilibre. On parle alors d'homéostatie.
L'osmose inversée utilise une membrane semi-perméable dont l'on force la traversée de l'eau par une forte pression sur cette dernière. L'eau passe donc dans une membrane purificatrice. Ainsi traitée, l'eau est débarrassée de la majeure partie de ses solutés tels que les chlorures, les sulfates, les phosphates mais également différents agents pathogènes présents dans l'eau. Voila pourquoi l'on parle d'eau dite pure.

Vapeur d'eau saturée

Entre liquide et gaz

Nous l'avons vu, l'eau est l'élément de base dans une stérilisation par autoclave médical. L'eau n'est pas utilisée en l'état, c'est bien la vapeur d'eau qui va être l'état dans lequel l'eau devient agent stérilisant.

Mais un autoclave médical ne se contente pas de produire de la vapeur, il produit de la vapeur saturée. La vapeur saturée, ou pour les puristes la pression de vapeur saturante, correspond à un équilibre entre liquide et gazeux. Le potentiel chimique est identique entre les deux phases, le flux de molécules passant d'un état à l'autre est équivalent.

vapeur-courbe-regnault

Mais pourquoi une vapeur saturée ? La vapeur d'eau est le corps qui à la fois contient le plus d'énergie emmagasinée et à la fois celui qui peut la libérer instantanément. On parle alors de l'enthalpie ou de chaleur latente. 

Dans son état de vapeur saturée, l'énergie latente possède 90% plus d'énergie qu'une vapeur contenant 50% d'eau à l'état de liquéfaction.Dis autrement, à une pression et une chaleur donnée, l'eau va se retrouver exactement dans cette état de vapeur saturée.

Dans sa forme saturée, nous pouvons considérer la vapeur comme un gaz parfait.  Mais attention aux phénomènes de retard et tout particulièrement au phénomène de vapeur sursaturante. L'eau reste liquide à une température de fusion sous la pression considérée.

La pompe à vide et le vide fractionné

L'indispensable en classe médical

Nous venons de le voir, l'énergie latente de la vapeur saturée est indispensable à une bonne stérilisation. Mais, car oui, il y a un mais, à altitude 0, la vapeur est dite saturée à 99,72°C. Trop bas pour atteindre la limite de vie fixée à 110°C et bien trop faible pour détruire tous les ATNC. En effet, un autoclave doit pouvoir monter à une température de 134°C pendant au moins 18 minutes en continu pour atteindre le niveau de stérilisation réglementaire. Mais alors, comment faire pour obtenir une vapeur saturée à 134°C et non plus 99,72°C ? En utilisant une pompe à vide ! Lorsqu'on passe à 3 fois la pression terrestre, ou 3 bar, la vapeur saturée sera à 134°C.

La phase de mise sous vide est également le seul procédé qui assure la stérilisation des dispositifs médicaux creux. Le système de vide fractionné alterne les phases de pression négatives et positives, assurant l'élimination complètes des poches d'air résiduelles qui créént des ponts de froids.

pompe-vide

Les autres procédés de stérilisation

Cinq autres méthodes industrielles

Lorsqu'on parle de stérilisation en cabinet libéral ou en unité centrale de stérilisation d'un hôpital, seule la stérilisation par autoclave, donc par vapeur d'eau, est à prendre en compte. Cependant, d'autres méthodes existent notamment dans le milieu industriel. Découvrons-les rapidement pour notre culture personnelle.

Stérilisation par oxyde d'éthylène

Méthode de stérilisation utilisé par les industriels notamment pour les DM assemblés, les cathéters, les sets de soins... La stérilisation par oxyde d'éthylène peut se résumer en disant que l'on vient exposer le produits à stériliser au gaz d'oxyde d'éthylène. Le tout sous vide. Ce type de procédé de stérilisation garanti un produit stérile et sûr jusqu'à son ouverture.

Stérilisation par rayonnement gamma

L'irradiation par rayonnement gamma utilise le radio-isotope cobalt 60. Son plus grand avantage réside dans sa très grande capacité de pénétration, assurant une parfaite stérilisation pour des matériaux denses aux orientations variables. Les tampons imbibés d'alcool, les bandages, les colles, les ECG, les crayons feutres ou encore les éponges et autres gaz, sont rendus stérile par irradiation au cobalt 60.

Stérilisation par faisceau d'électron

Le faisceau d'électron est ce que l'on appelle un faisceau à haute énergie d'électron. Ce type de faisceau peut être utilisé pour de nombreuses applications, dont la stérilisation (mais pas que, loin de là). Grâce aux bombardement de ce faisceau d'électrons à haute énergie, ces derniers se retrouvent libres d’interagir, entrainant une cascade au travers de la matière, éjectant des électrons hors de leur orbite et générant des radicaux libres. C'est cette action qui va être utilisée en stérilisation. En effet, cela vient créer des cassures dans la double hélice de l'ADN, empêchant de fait réplication et expression.

Stérilisation par rayon X

La stérilisation par rayonnement à électro, ou rayons X, permet de venir créer un rayonnement électromagnétique tendant à offrir une méthode de stérilisation qui permet une meilleure pénétration dans les matériaux que la stérilisation par faisceau d'électron. Le taux de pénétration est ainsi égale à celui du rayonnement par cobalt 60, sans toutefois venir autant altérer les matériaux du produit à stériliser. Cela est rendu possible grâce à un traitement moins prononcé qu'au cobalt 60 car le rapport d'uniformité des doses est amélioré conduisant à une durée d'exposition plus courte avec les rayons X.

Stérilisation par faisceau ionique

Proton et ions d'hélium sont ici utilisés pour permettre la stérilisation. Le plus grand avantage de la stérilisation par faisceau ionique réside dans sa capacité à cibler de manière très précise et sélective de très petites zones.

 

Désinfection n'est pas égale à stérilisation

La stérilisation, tout un processus

Les mots ont toutes leur importance, surtout lorsqu'il est question d'assurer la biosécurité de son cabinet médical et celle de ses patients.

Pour ne pas laisser planer l'ombre d'un doute, découvrons en quoi la désinfection est différente de la stérilisation.

Si l'on est en droit de commettre cette erreur de vocabulaire, c'est que les deux concepts ne sont pas si éloigné l'un de l'autre.

La stérilisation d'un dispositif médical consiste en l’absence de tout micro-organismes vivants, virus et spores.

agent-pathogene

On dit que l'état stérile est absolue. Soit un objet est stérile, soit il ne l'est pas. En stérilisation, on parle de processus car lorsque la stérilisation sera terminée, la probabilité de trouver des agents pathogènes doit être inférieure à un part million. Soit tout de même106. Lorsqu’on atteint ce seuil, on parle alors d’un niveau de stérilité assuré.

Pour ce qui est de la désinfection, nous l'avons dit, le concept est plutôt proche ou devrions-nous dire complémentaire. Pour faire simple, nous dirons que la désinfection est bien moins mortelle pour les ATNC que la stérilisation. Cela tout particulièrement pour les spores. Le niveau de stérilité assuré n'est donc pas atteint par les procédés de désinfection.

Les différentes classes d'autoclave médicaux

Trois classes dans le monde de l'autoclave

Bien comprendre les différents types d'autoclave passe par bien comprendre les différents types de charges qu'il va devoir stériliser.

Trois charges existent :

  • Charge poreuse « matériau ou structure qui, pour réaliser une stérilisation, requiert la pénétration de la vapeur dans le produit » (ISO 13683)
    • Charge creuse type A : charge correspondant au procédé EN 867-5
    • Charge creuse type B : charge correspondant à de tubes en PTFE
  • Charge solide  « espace ouvert d’un seul côté où le rapport L/D est 1, ou espace à double ouverture où le rapport L/D est >= 2 » (NF EN 13060)
  • Charge creuse « Dispositif médical produit à partir de matériaux non poreux présentant des difficultés à la pénétration de la vapeur »

En fonction de ce que l'autoclave peut traiter, l'autoclave est de classe B, S ou N. Dans le monde médical, seul l'autoclave de classe B est autorisé.

Autoclave classe S

Un autoclave de classe S peut stériliser uniquement des DM solides, emballés ou non. Les autoclaves de la classe S peuvent parfois venir accompagné d’une pompe à vide, sans changer le type de charge possible avec ce type d’autoclave. Dit autrement, même avec une pompe à vide, l’autoclave de classe S peut stériliser uniquement les dispositifs médicaux pleins, emballés ou non.

Autoclave classe N

En classe N, un autoclave peut stériliser uniquement des dispositifs médicaux solides non emballés. Les dispositifs médicaux sortant d’un autoclave de classe N sont donc à utiliser tout de suite. Généralement, les autoclaves de classe N ne sont pas équipés de pompe à vide et il convient de ne pas les utiliser si la conservation de l’état stérile du DM est primordiale.

Autoclave classe B

Seul type d'autoclave autorisé dans le monde médical, l'autoclave de classe B. L'autoclave de classe B est aussi appelé petit autoclave. Cela car il est à ranger dans la même famille que les gros autoclaves. Ils intègrent les mêmes normes et permettent de stériliser des dispositifs médicaux solide, creux, poreux, emballé ou non. Un autoclave de classe B vient s'équiper d’une pompe à vide. L'autoclave de classe B viendra l'utiliser notamment en alternant avec des cycles de mises sous pression. Le but est de vider les objets creux ou poreux de tout l’air qu’ils contiennent. On parle alors de phase de pré-vide fractionné. Il s’agit de la seule méthode efficace sur les objets creux ou poreux. La présence de poche d’air empêchant la vapeur saturée de venir au contact du dispositif médical à stériliser. La mise sous vide permet également de faire monter la pression dans la chambre de stérilisation à 3 bar, permettant à l'eau de se transformer en vapeur saturée.

L'AFNOR indique que l'on considère en France que l'opération de stérilisation des DM impose le conditionnement de ces derniers. Seul l'autoclave de classe B permet cela. L'AFNOR recommande l'utilisation exclusive d'un autoclave de classe B.

Petits et gros stérilisateurs

Le monde des autoclaves est très réglementé. Deux directives existent, venant indiquer de manière précise la différence entre un petit stérilisateur à vapeur d'eau et un gros stérilisateur à vapeur d'eau.

Avant de parler de la différence majeure, il est intéressant de savoir que les deux reposent sur la même technologie.

La différence entre un petit autoclave et un gros autoclave réside uniquement dans sa capacité exprimée soit en unité de stérilisation soit en litres.

Une unité de stérilisation correspond à une boite de 30 x 30 x 60 cm.

Un petit autoclave est donc un autoclave dont la chambre de stérilisation fait moins de 60 litres et ne pouvant pas accueillir plus d'une unité de stérilisation à la fois. Fondamentalement, très peu de différences entres les deux versions d'autoclave.

gros-autoclave

La différence entre Poupinel et autoclave

Maintenant que nous comprenons avec précision ce qu'est un autoclave médical, prenons un instant pour parler du procédé Poupinel.

Derrière ce procédé se cache un chirurgien du 19ème siècle du nom de Poupinel. Procédé très simple de mise en œuvre, le docteur Poupinel utilise le principe de la chaleur surchauffée, ou encore appelée vapeur sèche. Bien que ce procédé ait été utilisé pendant un certain temps, il est maintenant interdit en hôpital et en cabinet médical.

Pourquoi ? Pour deux raisons majeures :

  • Le Poupinel ne peut pas lutter contre les formes sporulé. Pire, la vapeur sèche déclenche la sporulation.
  • Un Poupinel atteint des températures très élevées pendant de longues minutes. Cela a tendance à venir abîmer rapidement le Poupinel.

Les autoclaves basses consommations

Eau et électricité

Un autoclave a besoin d'eau et d'électricité pour bien fonctionner. Certains autoclaves seront toutefois bien plus gourmand en énergie que d'autres. Cela va venir dépendre du degré d'isolation de chaque composant, mais également des technologies misent en œuvre tout spécialement venir réduire la consommation général d'un autoclave.

Une des principales raisons d'un surconsommation d'énergie provenant d'un autoclave peut généralement être imputé à des pertes, notamment lorsqu'il est question de l'isolation des composants internes de votre autoclave médical comme son générateur, sa distribution ou encore la double enveloppe protégeant la chambre de stérilisation.

basse-consommation

En effet, un autoclave va venir générer de grande quantité de vapeur saturée, dans des conditions de pression très importantes, la moindre petite perte aura inévitablement des répercutions sur la consommation de l'autoclave.

La pompe à vide est le second point d'amélioration lorsqu'il est question d'autoclave basse consommation, que cela soit d'un point de vu consommation d'électricité ou consommation d'eau. Le premier point de la pompe à vide touche la transformation de l'énergie électrique en chaleur de compression, pouvant créer de forte déperdition calorifiques si le fabricant n'y prête pas attention. Le second touche les condensats.

Les condensats ont tendance à venir se former dans chaque étape du cycle de stérilisation. Tous ne sont ainsi pas récupérables. Toutefois, lorsqu'il est possible de venir les récupérer, cela peut alors avoir une forte incidence sur la consommation d'eau générale de l'autoclave médical ainsi que sur l'électricité. Ainsi, certains autoclaves mettent en place un système de récupération de chaleur sur vapeur, évitant de rejeter à l'égout une grande partie de la production de vapeur.

Pour les autoclaves d'une certaine taille, le circuit de refroidissement de la pompe à vide utilise aussi de l'eau. Pour venir limiter en grande partie la consommation d'eau sur cette pompe à vide, un circuit fermé de récupération peut être mis en place entre votre autoclave et le circuit de climatisation par exemple.

Euronda E8, un autoclave à connaitre

Versatile, l'E8 est le compagnon idéal de nombreux cabinets libéraux en France

videoplayback

Comment bien acheter son autoclave médical

Choisir le futur autoclave de son cabinet médical peut parfois sembler un peu complexe. Si l'on sait tous à quoi sert un autoclave, il reste parfois délicat de réussir à distinguer un autoclave qui a tout pour bien faire son travail dans votre cabinet, d'un autoclave qui ne tiendra pas ses promesses sur le long terme.

Maintenant que nous avons pu voir ce qu'était un autoclave médical, découvrons ensemble les points cruciaux à bien prendre en compte pour être en mesure de faire le bon choix pour son cabinet médical.

Découvrons les aspects les plus importants de notre guide d'achat pour un autoclave médical.

euronda-e8-troisquart-transparent

Marquage CE & NF EN ISO 17665-1

ce-sans-quadrillage

Le tout premier critère à prendre en compte lorsqu'on cherche à acheter un autoclave : s'assurer de son marquage CE. Nous n'allons pas passer ici toutes les différentes législations Européenne sur les petits stérilisateur à vapeur d'eau, mais elles sont nombreuses et surtout, obligatoires. Votre autoclave médical se doit d'avoir un marquage CE, faute de quoi il faut à tout prix passer son chemin.

Pour les plus curieux, la norme NF EN ISO 17665-1 qui régit le développement, la validation et le contrôle de routine d'un procédé de stérilisation des DM, doit être respectée par votre autoclave médical. Nous traitons de toutes les réglementations dans la partie réglementation européenne et stérilisateur à vapeur d'eau saturée.

Où sera mon autoclave ?

Lorsqu'il est question de bruit, il est possible de comparer un autoclave à un lave-vaisselle ou un lave-linge. Si vous avez une buanderie, peu importe le bruit que fera votre matériel, il ne viendra pas vous déranger, mais si votre lave-linge est proche d'une pièce de vie, c'est une autre question.

Il en va de même pour votre autoclave. Si ce dernier dispose d'une pièce dédiée, pas vraiment la peine de s'arrêter sur le bruit que fera votre autoclave; il vous suffira de fermer la porte. Si votre autoclave est très proche de votre salle de consultation alors un autoclave particulièrement silencieux sera un vrai plus pour vos patients et vous.

Se poser la question de l'endroit où sera utilisé votre autoclave, c'est également se préoccuper d'avoir suffisamment d'espace pour bien l'installer. Prêtez bien attention à l'espace global requis par l'autoclave.

Une arrivée et une sortie d'eau à portée de votre autoclave pourra vite se transformer en véritable atout pour vous, vous permettant de vous brancher directement dessus.

plan-cabinet-medical

Acier inoxydable dans la chambre de stérilisation

acier-inoxydable

La corrosion est le pire ennemi pour la qualité des stérilisation ainsi que pour la longévité d'un autoclave. L'utilisation de matériaux inoxydable est indispensable.

Toutefois, le chlore est l'un des éléments présent dans l'eau qui pourra le plus venir abîmer votre autoclave en le corrodant. En effet, le chlore est connu pour venir piquer l'acier inoxydable, et cela est encore plus vrai sous la chaleur et la pression.

Un autoclave doit avoir une chambre de stérilisation faite à partir d'acier, de chrome et de nickel comme l'acier 304. Le chrome viendra accroître la résistance aux piqûres du chlore alors que le nickel accroît la souplesse et la résistance aux chocs.

Le chrome présent dans l'acier 304 créé un film dit de passivation.

Assurez-vous également que les matériaux constituant les canalisations en contact avec l'eau qui sera elle-même en contact avec la charge ne soit pas en cuivre mais plutôt en cuivre chromé, en cuivre nickelé ou encore en alumium.

Les renseignements affichés par l'autoclave

Votre autoclave doit être en mesure de vous faire remonter certaines informations directement à l'écran. Les renseignements que votre autoclave doit indiquer à minima sont :

  • La pression dans la chambre de stérilisation
  • La température interne
  • Le cycle choisi
  • Si la porte est bien verrouillée
  • Une indication lorsque l'autoclave est en cour d'utilisation
  • Une indication lors de la fin du cycle de stérilisation
  • Une remontée des erreurs
    • Eau insuffisante
    • Eau usagée plein
    • Porte mal verrouillée
    • Problème en cour du cycle de stérilisation
    • Fuite hydraulique
    • Coupure de courant
    • Interruption du cycle par l'utilisateur
  • Un compte de cycle de stérilisation
ecran-autoclave

Les cycles de stérilisation

Cycle B 134 PRION et plus encore

Un autoclave de classe B se doit avant toute chose d'être en mesure d'assurer le cycle le plus commun : le cycle B 134 prion. Ce programme est utilisé pour stériliser les DM suspectés d'être contaminés avec des prions. Il s'agit du programme qui sera très certainement le plus utilisé dans votre cabinet. Cependant, ce n'est pas le seul type de cycle que l'autoclave doit être en mesure de supporter :

  • Cycle B 121 : Pour les objets sensibles à la température comme les caoutchoucs, plastiques et certains matériaux poreux.
  • Cycle B 134 : Cycle idéal pour les objets devant rester stérile pendant une longue période.
  • Cycle B 134 PRION : certains autoclaves proposent également un cycle B 134 PRION rapide lorsque la charge ne dépasse pas un certain poids par exemple.
  • Cycle N121 et N 134 : Cycle propre à un stérilisateur médical de type N, sans phase de vide.
prion

Vapeur instantanée

Meilleure stérilisation et gain d'énergie

La vapeur est un élément essentiel à une bonne stérilisation. Tout repose donc sur le générateur de vapeur intégré à votre autoclave.

Afin de limiter la création de condensat et éviter toute problématique d'eau sursaturé, la présence d'un générateur de vapeur instantané fait parti des éléments importants à bien vérifier.

La qualité de la vapeur produite doit être de type saturé. L'état de saturation de la vapeur nécessite une grande précision dans la maîtrise de la chaleur et des pressions. Un bon générateur de vapeur instantané permet de venir rééquilibrer la vapeur saturée très rapidement.

Un générateur de vapeur instantanée permettra également une économie de temps lorsqu'il sera question de lancer la première stérilisation de la journée; le temps de chauffe du générateur de vapeur peut en effet être une source de ralentissement pour la première stérilisation à froid. Cela est également particulièrement pratique lors de la première phase d'entretien qui doit se faire à froid si possible.

7c2179623b9993ab4e84418110df5b29

Contrôle de la qualité de l'eau

Toujours de l'eau de qualité

La vapeur est produite à partir d'eau dans un autoclave médical. L'eau devient l'agent de stérilisation utilisé dans un petit stérilisateur à vapeur d'eau. L'eau est donc un point primordial à la fois pour la qualité intrinsèque de toute les stérilisations faites dans un autoclave de classe B, mais aussi pour la bonne tenue de votre autoclave sur le long terme.

Certains autoclaves intègrent un système de contrôle permettant de venir tester la qualité de l'eau en temps réel. Cela offre l'avantage de toujours utiliser l'eau de la meilleure qualité possible pour vos stérilisations en cabinet médical.

Le contrôle réalisé par l'autoclave se situe généralement au niveau de la conductivité de l'eau. La conductivité de l'eau est une mesure qui permet de déterminer la quantité de sel minéraux dissous dans l'eau qui s'exprime en part par million (ppm). La mesure se fait en m S/cm, soit dit autrement en micro-siemens par centimètre. Une eau entre 0 et 10 m/S correspond à de l'eau osmosée.

Certains autoclaves peuvent même jusqu'à mesurer le titre hydrotimétrique de l'eau qu'il utilise. Cela permet de connaitre la quantité de calcium et de magnésium présent dans l'eau. Dit autrement, c'est le calcul de la dureté d'une eau.

eau-pure-autoclave

La traçabilité des stérilisations

Ticket, carte SD ou Wi-Fi

A chaque stérilisation, il va vous falloir conserver une trace. En effet, vous pouvez être confronté à des contrôles vous demandant de fournir la preuve que vous avez bien réalisé votre cycle B 134 PRION ainsi que tous les tests afférant comme le test prion. Il va donc vous falloir conserver et rattacher ces éléments à la fiche de traçabilité de votre cabinet ou laboratoire médical. Cette liste devra ainsi contenir les DM stérilisés, la date et l'heure ainsi que le nom de l'opérateur. Si cela se fait généralement grâce à l'édition d'un ticket via une imprimante thermique, les choses évoluent pour toujours plus de simplicité. Il est dorénavant possible de trouver des autoclaves dont la traçabilité est assurée par une clé USB, une carte SB, le bluetooth, ou encore le Wi-Fi. Fini l'époque des tickets qui s'accumulent.

La fiche de laboratoire de traçabilité, qui contient les tests (prion et Hélix) agrafés, est à conserver vingt ans selon les dernières préconisations du Conseil de l’Ordre (La lettre n° 143 de décembre 2015).
Il en est de même pour les résultats des cycles prion de stérilisation de l’autoclave.

tracabilite

La chambre de stérilisation

Plus que des litres

En fonction de votre activité, vous serez appelé à utiliser un autoclave d'une taille plus ou moins grande.

La taille d'un autoclave s'exprime généralement en litres. Lorsqu'on est en cabinet médical, un autoclave compris entre 18 et 24 litres est très largement suffisant.

Mais plus que de s'occuper de la contenance en litres, il convient de se renseigner sur les dimensions de la chambre de stérilisation. En effet, il n'est pas rare qu'une chambre de stérilisation passant du 18 au 24 litres soit en fait juste plus profonde.

Il convient donc de s'assurer des DM qui seront à stériliser avant l'achat de son autoclave. Si vous utilisez pas exemple des pinces Pozzi ou de Cheron, il vous faudra partir sur un autoclave 24 litres car ce sera le seul autoclave médical à pouvoir stériliser des pinces aussi longues.

pince-pozzi-cheron

Les équipements complémentaires

Thermosoudeuse

Lorsqu'on utilise un autoclave de classe B, le but est de pouvoir stériliser des charges emballées. L'AFNOR considère même qu'une stérilisation s'entend complète lorsque le DM est emballé.

Vos emballages sont donc très important. L'emballage se fait soit à l'aide de sachets prédécoupés, soit avec des gaines. L'utilisation de gaine est ce qui vous permettra de mettre sous sachet toutes les tailles de dispositif médicaux. Afin de pouvoir utiliser des gaines de stérilisation, il faut vous équiper d'une thermosoudeuse.

thermosoudeuse-gaine-autoclave

Déminéralisateur d'eau

demineralisateur-autoclave

La qualité de l'eau utilisée par votre autoclave est à prendre très au sérieux, que ce soit pour la qualité de vos stérilisations ou que ce soit pour préserver le plus longtemps possible votre petit stérilisateur à vapeur d'eau. Si votre eau est trop concentré en calcium ou magnesium, alors vous risquez de venir entartrer votre autoclave. La création de tartre dans les filtres par exemple risquera de conduire à la création de biofilm.

Équiper son autoclave au minimum d'un déminéralisateur d'eau vous permettra de ne plus avoir à stocker des tonnes de bidon d'eau déminéralisée, sans risque de contamination de cette dernière.

Port USB / Wi-Fi

Assurer la traçabilité de vos stérilisations est une obligation. En effet, la fiche de traçabilité, qui contient les tests (prion et Hélix) agrafés, est à conserver vingt ans selon les dernières préconisations du Conseil de l’Ordre (La lettre n° 143 de décembre 2015).
Il en est de même pour les résultats des cycles prion de stérilisation de l’autoclave.

Afin de rendre cette tâche fondamentale pour la sécurité de tous encore plus simple, certains fabricants d'autoclaves médicaux proposent une impression numérique soit sur une clé USB ou encore au travers d'un port Wi-FI. Votre informatique servira dès lors d'assurance traçabilité, fini les tickets qui s'effacent avec le temps.

imprimantes-autoclave

Des conseils de spécialiste 

Nous aidons au quotidien les cabinets libéraux de la France entière à trouver l'autoclave le plus adapté à leurs besoins, profitez-en.

Prendre un rendez-vous

Les réglementations Européennes et Françaises

Entre normes Européennes et directives Françaises

Les autoclaves font partis du groupe des dispositifs médicaux. A ce titre, un autoclave suit la directive européenne 93/42/CE qui définit ainsi les dispositifs médicaux : "Tout instrument, appareil équipement, matière et autre article, utilisé seul ou en association, destiné par le fabricant à être utilisé chez l'homme à des fins de diagnostic, de prévention, de traitement ou d'atténuation d'une maladie."

La définition d'un dispositif médical étant un peu large, des classes existent pour venir éclairer l'ensemble : classe I, classe IIa, classe IIb et classe II.

drapeaux_francais_et_europe

Un autoclave médical fait parti de la classe IIa et nécessite à ce titre une certification par un organisme Européen.

En plus de cette directive, un certain nombre de directives et de normes viennent s'appliquer à un autoclave.

  • Norme NF EN ISO 17665-1 : Norme définissant la stérilisation des dispositifs médicaux ainsi que la validation et le contrôle de routine pour la stérilisation à la vapeur d’eau. Remplace la norme NF EN 554.
  • Norme NF EN 285 : Norme qui spécifie les exigences et les essais relatifs aux grands stérilisateurs à la vapeur d'eau utilisés essentiellement dans le domaine de la santé pour la stérilisation de dispositifs médicaux et de leurs accessoires, dans une ou plusieurs unités de stérilisation.
  • Norme NF EN 13060+A1 : Norme Européenne qui spécifie les exigences de performance et les méthodes d'essai relatives aux petits stérilisateurs à la vapeur d'eau et aux cycles de stérilisation utilisés à des fins médicales ou pour des matériels susceptibles d'entrer en contact avec du sang ou des fluides corporels.
  • Norme NF EN  ISO 14971 : Norme internationale qui spécifie un processus pour permettre au fabricant d'identifier les phénomènes dangereux et les situations dangereuses associés aux dispositifs médicaux, y compris les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro (DIV), d'estimer et d'évaluer les risques, de maîtriser ces risques et de surveiller l'efficacité de cette maîtrise.
  • Norme NF EN  61010-1 : La présente partie de la IEC 61010 spécifie les exigences générales de sécurité pour les types suivants d'appareils électriques et leurs accessoires où qu'ils soient destinés à être utilisés. [...] c) Appareils électriques de laboratoire Il s'agit d'appareils qui mesurent, indiquent, surveillent, inspectent ou analysent des matériaux, ou qui servent à préparer des matériaux, y compris les appareils de diagnostic in vitro (DIV). Ces appareils peuvent également être utilisés ailleurs que dans des laboratoires; par exemple les appareils DIV d'autotest personnel utilisés à domicile et les appareils d'inspection utilisés pour contrôler les personnes ou les objets pendant le transport.
  • Norme NF EN  61010-2-040 : Règles de sécurité pour appareils électriques de mesurage, de régulation et de laboratoire - Partie 2-040 : exigences particulières pour stérilisateurs et laveurs désinfecteurs utilisés pour traiter le matériel médical
  • Norme NF EN  61326-1 : La présente partie de la IEC 61326 énonce les exigences relatives à l'immunité et aux émissions concernant la compatibilité électromagnétique (CEM) pour les matériels électriques fonctionnant à partir d'une source d'alimentation ou d'une batterie inférieure à 1 000 V en courant alternatif ou 1 500 V en courant continu ou à partir du circuit mesuré.
  • Directive 93/42/CEE (Dispositif classe IIb) : Directive relative à la mise sur le marché européen des dispositifs médicaux.
  • Directive 97/23/CEE : Directive relative au rapprochement des législations des États membres concernant les équipements sous pression
  • Circulaire DGS/5C/DHOS/E2/2001/138 : Cette circulaire définie les procédés d’élimination des ATNC sur le matériel, les situations à risques en fonction des antécédents des patients et de la nature des actes. Le risque nouveau variant est pris en compte.  Remplace la circulaire DGS/DH 100 sauf sur un chapitre.
  • DGS/VS2 - DH/EM1/EO1/97672 : Circulaire relative à la stérilisation des dispositifs médicaux dans les établissements de santé.
  • Journal officiel du 17/12/1998 & arrêté du 11/12/1998 : Interdiction de mise sur le marché des stérilisateurs à billes de quartz après avis de la commission nationale de métriovigilance.
  • Décret 96-32 du 15 janvier 1996 : Décret relatif à la matériovigilance exercée sur les dispositifs médicaux et modifiant le code de la santé publique 

Bowie & Dick, Hélix & test de vide

Assurer la sécurité de ses stérilisations

L'assurance qualité pour un autoclave, c'est d'être testé très souvent. C'est dans ce cadre que la norme 17 665-1 défini les contrôles de routine pour un autoclave médical.

le but de ces contrôles de routine étant de vérifier que l'autoclave se retrouve toujours dans les mêmes conditions d'utilisation que lors de sa phase de validation.

Pour assurer ces tests qui peuvent être quotidien, hebdomadaire ou mensuel, trois méthodes incontournables existent :

  • Test de vide
  • Test du détecteur d'air
  • Test de pénétration de vapeur
  • Indicateurs biologiques
bowie-dick-test-auclave-classe-b-pret-emploi-bdstar-blossom

Test de vide : L'étanchéité d'un autoclave est indispensable. Sans étanchéité parfaite pas de mise sous vide. Un autoclave qui ne validerait pas le test de vide sera mis en réparation. Le test sous vide est un test qui est intégré à l'autoclave. Il est conseillé de faire ce test en routine quotidienne, à froid.

Test du détecteur d'air : Ce type de test sert de calibrage uniquement pour le gros stérilisateur à vapeur d'eau. Ceux que l'on retrouve généralement dans les hopitaux ou dans les unités de stérilisation. Très sensible, ce type de test conduit à beaucoup de faux positif.

Test de pénétration de vapeur : Il existe sur le marché plusieurs méthodes pour tester la pénétration de la vapeur. Le test Helix et le test Bowie et Dick sont les plus connus, mais il existe également d'autres système comme la Goudanne ou l'ETS proposé par 3M. Le test d'Helix et de Bowie et Dick sont à réaliser une fois par jour. Le test d'Helix est relativement peu connu en France alors qu'il s'agit d'un PCD (procédé de contrôle difficile) qui représente bien les charges poreuses que l'on peut avoir à stériliser. Ces deux tests sont des tests chimiques et peuvent se révéler parfois un peu délicat à lire, à l'inverse des indicateurs biologiques.

Les indicateurs biologiques sont basés sur les spores de la famille geobacillus stearothermophilus et représentent la population microbienne la plus difficile à détruire. Ce type de test est maintenant devenu difficile à trouver en France. Seuls les pays anglophones continuent vraiment à utiliser les indicateurs biologiques.

Entretien et nettoyage au rythme des stérilisations

Assurer l'entretien et le nettoyage d'un autoclave est indispensable à la fois pour des questions de sécurité et des questions de durée de vie de votre stérilisateur.

La première des choses pour assurer un bon entretien de son autoclave reste avant tout d'utiliser une eau appropriée. Si vous utilisez de l'eau dure , il y a fort à parier que vous viendrez soit piquer l'acier inoxydable de la chambre de stérilisation de votre autoclave, soit entartrer les filtres de votre autoclave; soit les deux à la fois. Cela conduira inévitablement à de vrais risques de création de biofilm.

euronda-e8-ecran-nettoyage

Une fois que l'on est certain d'utiliser l'eau appropriée, le nettoyage et l'entretien de son autoclave se fontgénéralement à un rythme hebdomadaire, mensuel et trimestriel.

Un entretien en 7 étapes :

  1. Nettoyage et désinfection des faces extérieures de l'autoclave.
  2. Inspection des joints d'étanchéité avec le bout des doigts.
  3. Inspection de la jante de chambre avec le bout des doigts.
  4. Contrôle du niveau d'eau dans le réservoir.
  5. Graissage des pièces mécaniques de l'autoclave.
  6. Nettoyage de la chambre de stérilisation.
  7. Changement des filtres.

L'installation de son autoclave

Un autoclave médical est un dispositif médical nécessitant quelques précautions pour sa parfaite installation, que cela soit au niveau de la pièce qui recevra l'autoclave, le positionnement de l'autoclave ainsi que la formation des opérateurs.

Un autoclave médical doit toujours être installé par un technicien qualifié. Une fois l'installation terminée, il vous faudra bien veiller à ce que la fiche d'installation soit bien complétée.

La norme EN 60601-1 précise également qu'un autoclave doit être installé dans une zone hors patient.

carton-autoclave
installation-autolave

L'installation d'un autoclave doit être réalisé par un technicien qualifié, voici les étapes qu'il suivra pour une bonne installation de votre stérilisateur :

1 - Retirez l'autoclave de son carton, tout en faisant bien attention de ne pas forcer sur les différentes parties en plastique de l'autoclave. Il est conseillé de le sortir à l'aide de sangle.


2 - L'autoclave doit se situer dans une pièce uniquement accessible au personnel qualifié.


3 - La surface accueillant l'autoclave doit être plane et parfaitement horizontale.


4 - Une marge de 10 centimètres à l'arrière et 5 centimètres sur les côtés doit être respecté pour une bonne ventilation de l'autoclave.


5 - Ne pas installer un autoclave à côté d'une source de vapeur, dans une pièce faiblement ventilée ou proche d'une forte source de chaleur.


6 - La norme UNI 12464-1 définie l'éclairage que doit posséder le lieu d'installation de l'autoclave.


7 - S'assurer de vider l'autoclave de ses accessoires avant de procéder à l'installation.
Le cordon d'alimentation doit être bien droit, et jamais plié.


8 - La hauteur de l'autoclave doit permettre aux opérateurs de bien contrôler la chambre de stérilisation ainsi que les réservoirs à nettoyer.


9 - Brancher le raccord du trop-plein.


10 - Le stérilisateur ne doit jamais être posé sur du papier, des journaux ou toutes matières absorbantes.


11 - N'appliquer aucune pression verticale sur la porte ouverte.


12 - En cas d'évacuation des eaux usées par les égouts, assurez-vous que votre autoclave soit positionné bien en hauteur par rapport à l'évacuation.


13 - Branchez-le :)

Pour ce qui est de l'électricité, il faut également prêter attention à plusieurs choses comme par exemple ne pas brancher votre autoclave sur une multiprise.
Cette dernière risque en effet de venir créer des échauffement.
De plus, les multiprises sont souvent sales et encrassées.

14 - Votre autoclave est installé (par un technicien qualifié).

Première utilisation : mode d'emploi

Bien qu'un mode d'emploi soit propre à un modèle bien précis de stérilisateur à vapeur d'eau, voici un mode d'emploi pour un autoclave répondant aux différents critères que nous avons pu voir dans la partie réservée à l'achat d'un autoclave. Ainsi, nous partirons du principe que vous avez un autoclave avec au minimum un écran.

Avant de vous lancer dans la première utilisation de votre autoclave médical, il convient de bien vous assurer que la cuve de stérilisation est bien débarrassée de tout éléments présents à l'intérieur.

Il est maintenant temps de rechercher le bouton de mise sous tension de l'autoclave. Généralement, ce dernier se trouve à l'intérieur d'une trappe ou d'un petit portillon. Pour utiliser votre autoclave, commencez par l'allumer.

interrupteur-autoclave

Une fois votre autoclave branché pour la première fois, son écran va s'allumer et un message de bienvenu vous accueillera. Il est tout à fait probable que ce message reste affiché le temps de l'initialisation de votre petit stérilisateur à vapeur d'eau. Votre autoclave pourra également faire une phase de test de type POST pour s'assurer que tous les composants sont fonctionnels. Une fois le message passé, vous devrez arriver sur une interface pour la sélection de la langue. Choisissez le Français et validez. Notez que certains autoclaves vous permettent d’interrompre cette phase d'installation et revenir comme à la première mise sous tension.

En fonction de votre autoclave, vous aurez accès à deux types de réservoirs :

  • Le réservoir d'eau déminéralisée pour les stérilisations
  • Le réservoir d'eau usagée récupérée en fin de cycle

Pour pouvoir lancer la première stérilisation, il faut remplir le réservoir d'eau déminéralisée. Une icône devrait apparaitre pour vous alerter si vous n'avez pas remplis convenablement le réservoir de votre autoclave. Pour accéder à votre réservoir d'eau, il faut souvent ouvrir le couvercle du dessus et y insérer un entonnoir. Veillez à ne pas dépasser le niveau MAX de chargement de l'eau.

Sélectionnez maintenant le programme de stérilisation que vous souhaitez lancer à partir de l'écran principal.

Choisir ses instruments autoclavables

Faire le choix de travailler avec un autoclave, c'est faire le choix de pouvoir travailler avec la meilleure instrumentation. A l'époque des sets à usage unique, l'instrumentation médicale réutilisable garde encore toute ses lettres de noblesses lorsqu'il est question de matériel premium de haute qualité et de haute précision.

Les instruments médicaux sont la plupart du temps frappés à froid, usinés, assemblés et polis. S'ensuit la phase de traitement thermique et de finition de la surface par électrolytique ou microbillage. La passivation est le tout dernier processus. La passivation consiste à venir déposer un film sur le métal, dans le but de venir ralentir la corrosion.

Notez également que le polissage des instruments médicaux peut se faire soit en version brillante ou en version mat. La version mat vient réduire les reflets lors de chirurgie.

instrument-chirurgie-tungstene-1

Que ce soit pour inciser, écarter, couper, faire l'hémostase, disséquer, clamper ou encore suturer, choisir le bon instrument chirurgical, c'est surtout choisir un matériau en particulier.

Acier inoxydable : Comme la chambre de stérilisation, l'acier inoxydable est également utilisé dans le monde des instruments chirurgicaux. L'acier inoxydable, qui est un alliage de fer, de chrome, de nickel et de carbone, est très résistant aux tâches et à la corrosion. Deux sortes d'acier inoxydable existent :

  • L'acier inoxydable austénitique
  • L'acier inoxydable martensitique

L'acier inoxydable martensitique étant plus résistant que l'acier austénitique, il sera plus volontier utilisé pour des instruments tranchants ou des burins par exemple.

Le carbure de tungstène : La carbure de tungstène est une céramique réfractaire ultra-dure, avec une raideur supérieure de plus du double à l'acier. Sa dureté est telle que le carbure de tungstène peut exclusivement être poli avec le nitrure de bore ou encore du diamant. Le carbure de tungstène est bien plus résistant que l'acier. Les instruments chirurgicaux fait à partir de carbure de tungstène sont clairement des instruments de prestiges. A noter que pour les portes-aiguilles, seuls les mors en tungstène soudés à l'argent sont remplaçables.

Reconnaitre un instrument tungstène est simple comme bonjour : ses anneaux sont dorés.

Le titane : le titane est un métal dit de transition. D'un point de vue instrument médicaux, le titane à l'avantage d'être deux fois plus léger que l'acier. Un vrai confort pour les mains et poignets des chirurgiens. En plus d'être très léger, le titane est également très résistant à la corrosion et parfaitement biocompatible. Ainsi, le titane est aussi bien utilisé pour certains DM que des DM implantables tel que des vis ou des plaques.

Le protocole de stérilisation dans sa globalité

La stérilisation est une étape dans le processus de stérilisation

Lorsqu'on parle d'autoclave médical, on parle implicitement de stérilisation. La stérilisation seule n'existe pas. La stérilisation est un processus qui doit suivre des étapes précises pour assurer la stérilité microbiologique.

5 étapes essentielles sont à réaliser par le protocole de stérilisation avant de pouvoir stériliser vos dispositifs médicaux dans un autoclave : pré-désinfection et nettoyage, rinçage, nettoyage, rinçage, séchage et mise sous emballage. Seulement après ces étapes, il vous sera possible d'utiliser votre autoclave.

comment-steriliser-le-materiel-medical-2

La pré-désinfection et le premier nettoyage : la pré-désinfection est particulièrement utile pour les dispositifs médicaux souillés qui n'auraient pas été lavé tout de suite. La pré-désinfection vient éviter que les souillures sèches, limitant ainsi la contamination microbienne. Vérifiez que les instruments fonctionnent bien avant de les plonger dans un bain de produit détergent désinfectant sans aldéhyde. Un aldéhyde étant est un composé organique, faisant partie de la famille des composés carbonylés.

Le premier rinçage : Le but étant de venir éliminer toute trace du détergent et des souillures.

Nettoyage : Le but du nettoyage est de venir retirer toutes les salissures présents sur vos dispositifs médicaux qui ne seraient pas visibles à l’œil nu. Démontez vos DM si besoin, et nettoyer le DM dans un bain détergent. Il est possible de réutiliser le même produit que celui utilisé pour la phase de pré-désinfection.

Rinçage : La deuxième phase de rinçage peut se faire soit en immergeant les dispositifs médicaux dans un bac d'eau, soit en les passants directement sous l'eau du robinet.

Séchage et emballage : Le but du séchage avant de mettre les dispositifs médicaux sous emballage pour passer dans l'autoclave est d'éviter la multiplication microbienne, ne pas diluer le produit de nettoyage et aussi optimiser l'efficacité de la stérilisation en générale.

Respecter l'ensemble du processus de stérilisation est une obligation pour assurer une parfaite sécurité à vos patients et à votre équipe.

Besoin d'un autoclave ?

Découvrir plus de contenu sur l'autoclave

Nos guides & conseils

Contrary to popular belief, Lorem Ipsum is not simply random text. It has roots in a piece of classical Latin literature from 45 BC, making it over 2000 years old. Richard McClintock, a Latin professor at Hampden-Sydney College in Virginia, looked up one of the more obscure Latin words, consectetur, from a Lorem Ipsum passage, and going through the cites of the word in classical literature, discovered the undoubtable source. Lorem Ipsum comes from sections 1.10.32 and 1.10.33 of "de Finibus Bonorum et Malorum" (The Extremes of Good and Evil) by Cicero, written in 45 BC. This book is a treatise on the theory of ethics, very popular during the Renaissance. The first line of Lorem Ipsum, "Lorem ipsum dolor sit amet..", comes from a line in section 1.10.32.

The standard chunk of Lorem Ipsum used since the 1500s is reproduced below for those interested. Sections 1.10.32 and 1.10.33 from "de Finibus Bonorum et Malorum" by Cicero are also reproduced in their exact original form, accompanied by English versions from the 1914 translation by H. Rackham.

documentation-autoclave-classe-b-newmed-kronos