Quel budget pour l’installation d’un cabinet médical ?

Calculer le budget nécessaire à l’installation de son cabinet médical est indispensable, que cela soit pour une création ou une reprise de cabinet médical.

Toutefois, le budget nécessaire à son installation va dépendre de nombreux éléments qu’il faut étudier et évaluer de la manière la plus précise possible.

En fonction de la nature de votre exercice de la médecine, de multiples frais et aides sont à prendre en considération tout de suite pour l’établissement de votre budget prévisionnel : Frais d’établissement, BFR, résultat libéral, immobilisations, amortissement, patrimoine professionnel.

Budget prévisionnel et plan de financement

Un budget prévisionnel vous permet de déterminer votre résultat, c’est à dire si votre activité arrivera à un résultat positif en fin d’année ou non, cela pour valider le montant total de votre investissement. Le but d’un budget prévisionnel est également de pouvoir avoir recours à un plan de financement, qu’il soit sur capitaux propre ou sur emprunt bancaire, pour faire face aux besoins de votre activité.

Dans le but de créer un budget prévisionnel, il faut recenser dans un premier temps l’ensemble des dépenses, ainsi que l’ensemble des entrées financières et être en mesure de se projeter sur plusieurs années, sur 3, 5 ou 8 ans.

On distingue généralement trois postes de dépenses principaux :

  • Les dépenses d’investissement,
  • Les dépenses de fonctionnement,
  • Les autres dépenses.

Les dépenses d’investissements sont par définition des dépenses de type droit de représentation à la clientèle, frais d’acquisition…

Les dépenses de fonctionnement sont des dépenses du type loyer, assurance, cotisations…

Dans la catégorie autres dépenses, on peut y retrouver par exemple les frais personnels.

D’un point de vu comptable, ces dépenses peuvent s’appeler autrement : Frais déductible, immobilisation, amortissement et patrimoine professionnel.

Différence entre frais déductible, immobilisation et amortissement comptable

Une immobilisation est un principe comptable qui permet de venir appliquer une décote sur un équipement qui souffrirait du passage du temps, directement sur votre résultat. En fonction de l’obsolescence moyenne constatée sur ce bien, le PCG indique la classe d’immobilisation ainsi que le temps d’amortissement.

Ainsi, l’opposition entre frais déductible et amortissement comptable tient surtout au fait que :

  • Un frais déductible s’applique sur un bien consommable,
  • Un amortissement comptable s’applique sur un bien à usage durable.

Cependant, dans le monde des immobilisations, on vient distinguer ce qui sera une immobilisation à l’actif professionnel ou une immobilisation au patrimoine privée. L’un aura des conséquences sur votre bilan de fin d’année, l’autre aucun.

La classification des immobilisations en actif professionnel ou sur patrimoine privée ne vous revient pas vraiment.

Immobilisations sur actif professionnel : Bien qui ne peuvent pas être acquis par un non professionnel (ex. droit de présentation à la clientèle).

Immobilisation sur patrimoine privée : Bien qui a un usage professionnel, mais qui aurait pu être acquis par un particulier (ex. une voiture).

Bien que la distinction de toutes les immobilisations donnent lieu à un plan d’amortissement, le législateur a simplifié la procédure pour les biens en-dessous de 500€HT ; il est possible de les amortir l’année de l’achat. Par ailleurs, le regroupement en « lot » de 500€ HT est une excellente manière de venir déduire ces frais dès la première année d’achat.

Dans l’optique de la création d’un budget prévisionnel, qui comprend donc les sorties mais aussi les entrées, la prise en compte de la durée d’amortissement est indispensable pour arriver à un résultat crédible, même si l’on travaille sur un budget prévisionnel et donc pas nature incertain.

 

Envie d'ouvrir votre cabinet médical ?

 

Frais d’établissement

L’une des premières dépenses lorsqu’on s’installe dans un nouveau cabinet médical s’appelle les frais d’établissement.

Si l’on est dans le cadre d’une création pure de cabinet médical, ou d’une reprise, les frais d’établissements peuvent être radicalement différents.

En effet, un professionnel qui s’installe sans reprendre de clientèle doit juste financer ses équipements et son matériel, ainsi que les aménagements et éventuels travaux à réaliser pour occuper les lieux.

Un professionnel qui ferait le choix de reprendre un cabinet médical aurait les mêmes charges, avec en plus celle liée au droit à la présentation de la clientèle ; un droit qui se monétise à hauteur de 3 à 10% du CA réalisé sur l’année.

L’ensemble des droits d’enregistrement de votre nouvel établissement sont à votre charge. On peut citer le coût du droit de présentation à la clientèle, les honoraires de notaires et d’avocats ainsi que tous les coûts afférents pour l’enregistrement du cabinet.

Dans le cadre du rachat de part, la valeur se base sur la quote-part de l’associé sur l’ensemble du cabinet dont le droit de présentation à la clientèle ou encore ses droits patrimoniaux. Attention aux différentes clauses dont notamment celles pouvant venir restreindre le droit de cession des parts de l’entreprise. Cela aurait inévitablement un effet dépréciateur sur le prix de vente des parts. L’entrée dans une SCM ou une SCP conduit à l’achat de part sociale de l’entreprise, qu’il faut donc financer.

Enfin, lorsqu’on s’installe, il est courant d’avoir des dépenses liées à son installation avant d’être réellement ouvert. Vous avez un an pour les déduire de votre résultat, après c’est trop tard. De plus, il est impossible de venir déduire une immobilisation acquise avant la date réelle d’installation.

Besoin en fonds de roulement

Dans un monde parfait, les sommes qui nous sont dues seraient payées avant de devoir dépenser pour réaliser son activité rémunératrice. Ce monde parfait n’existe pas, et encore moins pour les médecins. Il existe un réel décalage entre dépenses et recettes, les dépenses se faisant avant les recettes généralement.

Bien que vos recettes ne soient pas encore arrivées, il faudra bien financer vos dépenses courantes comme par exemple votre loyer ou le salaire de votre assistant-e. C’est ce que l’on appelle un décalage de flux de trésorerie correspondant aux décaissements, ou en terme comptable un besoin en fond de roulement. Le fond de roulement étant cette ressource financière qu’il vous faudra toujours avoir en actif pour couvrir ce besoin. Si l’on ne calcule pas suffisamment finement son BFR, c’est un risque de se retrouver en cessation de paiement, non pas pour ressources financières insuffisantes, mais pour défaut de paiement à un moment précis.

Valeur moyenne de la clientèle et du coût du matériel

En fonction de votre spécialité, les frais d’installation sont très différents, que cela soit pour le droit de présentation à la clientèle ou plus prosaïquement du au coût des équipements.

Voici quelques indicateurs sur la valeur moyenne de la patientèle et sur le coût du matériel, à titre d’exemple et de comparaison :

  • Installation médecin généraliste: Le droit de présentation à la clientèle varie de 25 à 50% de la moyenne annuelle du CA sur les trois dernières années. Le coût global des équipements se situe aux alentours des 15 000€.
  • Installation médecin dermatologue: Le droit de présentation à la clientèle varie de 50 à 75% de la moyenne annuelle du CA sur les trois dernières années. Le coût global des équipements se situe aux alentours des 15 000€. Il est important de noter que des équipements comme un laser fractionné peut coûter plus de 50 000€.
  • Installation médecin cardiologue : Le droit de présentation à la clientèle est calculé en fonction de la moyenne des honoraires réalisés sur les trois dernières années. La valeur moyenne du matériel et des équipements d’un cardiologue se situe aux alentours des 100 000€.

Les frais de véhicule

Pour déterminer les frais qui seront liés à votre véhicule, deux méthodes s’offrent à vous :

  • Le calcul au frais réel,
  • L’estimation forfaire.

L’estimation forfaitaire est certainement la solution la plus simple. Il vous suffit de déterminer votre kilométrage, de le multiplier par le coefficient donné par les services du Trésor et vous obtenez le montant de votre forfait. Ce forfait comprend normalement toutes les dépenses liées à son véhicule, sauf frais de stationnement et de péage.

Les frais réels sont plus complexes à gérer car cela demande une véritable organisation, faut-il être en mesure de tout justifier. Les frais réels sont généralement utilisés dans le cadre de l’achat d’une voiture neuve, ce qui nous autorisera à faire un amortissement de 5 ans sur ce véhicule.

Comment faire pour définir par avance son kilométrage si l’on s’installe tout juste ? En demandant ses relevés au médecin que vous remplacez ! Attention, pensez à bien corriger les kilomètres entre le cabinet et votre domicile, qui sera très certainement différent de votre prédécesseur.

Loyers et charges locatives

Vous devenez propriétaire des murs par l’entremise d’une SCI ? Vous préférez rester locataire ? Dans les deux cas vous aurez des loyers à payer. Si vous préférez acheter en nom propre tout de suite, alors il y aura des charges locatives.

Sont déductibles les loyers effectivement payés à des tiers comme par exemple une SCI, même si vous en êtes le gérant, ainsi que les loyers payés d’avance. Attention, le dépôt de garantie ou de caution ne peuvent pas être intégrés aux charges déductibles car il vous sera possible de récupérer ces sommes à un moment ou un autre. Seule la partie non restituée d’une caution ou d’un dépôt de garantie peut faire l’objet d’une charge déductible.

Dans le cadre du versement du loyer à soi-même, il est possible de venir déduire cette charge comme un loyer normal. Cependant, cela vous obligera à venir le déclarer à titre personnel en tant que revenus fonciers. Pour ce qui est de la part d’utilisation professionnelle de votre logement, vous aurez également le droit de venir déduire l’ensemble des charges locatives afférentes.

Les assurances

Dans le cadre de votre exercice libéral, vous serez appelé à contracter différents types d’assurances.  Si votre contrat assure un revenu de remplacement, alors les primes versées à l’assureur ne sont pas des charges déductibles de votre résultat. Pour tout autre contrat, souscrit dans le cadre de la loi Madelin appelle une déduction sous certaines conditions.

Les charges de personnel

Vous reprenez un cabinet médical où des contrats de travail de collaborateurs sont en cours ? Alors vous avez l’obligation légale de les poursuivre, à l’exception notable des plans d’épargne salarial de type PEE ou PERCO.

Si les salaires sont inférieurs à 1,6 fois le SMIC, votre cabinet est éligible à la réduction « Fillon ». Il s’agit d’une baisse des cotisations patronales de sécurité sociale.

Les médecins conventionnés secteur 1

En tant que médecin conventionné secteur 1, vous avez la possibilité de venir minorer votre résultat de 2% du montant total de vos recettes. Ces recettes sont entendues avoir donné lieu à des actes remboursés par l’Assurance Maladie.

La contrepartie de ces 2% déductible sur votre résultat est l’impossibilité de se déclarer aux frais réels pour tout ce qui touche aux frais de représentation.

Le blanchissage

Vous planifiez de nettoyer l’ensemble de votre tenu professionnel directement chez vous ? Alors il vous est possible de venir déduire des frais de blanchissage. Ces frais se calculent sur la base d’un prix de référence, qui donnera lieu à un forfait.

La contribution économique territorial

La taxe professionnelle n'existe plus, vive la contribution économique territorial. Nouveau mot, même taxe.

Sont soumis à la CET :

  • Les remplaçants,
  • Une création d’activité sans reprise de l’activité d’un confrère ou d’une consœur,
  • A partir de la deuxième année dans le cadre d’une reprise d’activité.

Dossier Installation de son cabinet

Pour vous permettre d'aller plus loin dans votre projet d'installation de cabinet médical, nous vous proposons de découvrir notre sélection d'articles. Fournisseur de matériel médical, nous accompagnons les professionnels de la santé depuis 1979 dans leurs projets d'installation de cabinet médical, appelez-nous au 04 66 27 28 26.

Témoignages d'installation

La règlementation

Les modes d'exercice

Les aides financières, contrats et zonage

L'équipement pour s'installer

 

Catalogue équipement PMD médical

 

Webographie

Pour réaliser l’article « Quel budget pour l’installation d’un cabinet médical ? », nous nous sommes basés sur les liens suivants :